Biographie

Portrait par Jean-Claude Sanchez

Portrait par Jean-Claude Sanchez

Née en 1982 en banlieue parisienne, Audrey Alwett développe son goût pour l’écriture dès l’école primaire en racontant des histoires à ses petits frères. Durant ses études, elle travaille dans diverses maisons d’édition comme lectrice, et comme rédactrice pour la PQR, mais les premières publications qui lui importent seront des nouvelles qui lui permettent de remporter quelques prix.
Après avoir obtenu un Master de littérature, c’est grâce à Lanfeust Mag qu’elle rejoint le monde des auteurs professionnels. Elle rallie le Studio Gottferdom en 2007 pour faire de l’écriture son activité à plein temps. SinBad, co-scénarisé avec Arleston et dessiné par Alary chez Soleil, sera son premier titre. Une quarantaine de BD ou albums jeunesse a suivi depuis, dont Princesse Sara, une série dessinée par Nora Moretti, vendue à plus de 170 000 exemplaires.

D’abord très présente dans la BD, Audrey Alwett écrit depuis deux ans des romans, essentiellement de fantasy. Le premier d’entre eux s’intitule les Poisons de Katharz et pose les bases d’un univers plein d’humour, de tensions et d’humanisme. Ce roman parait en 2015 au sein du Label Bad Wolf, premier label d’auteurs entièrement indépendants, qui regroupe également les plumes de Christophe Arleston, Isabelle Bauthian ou encore Alex Evans. En 2016, Audrey Alwett signe un partenariat avec les éditions ActuSF pour y exporter le label. La collection de fantasy qu’elle dirige verra le jour à la rentrée.

En parallèle de son activité d’auteur, Audrey siège depuis 2015 à la Commission de Contrôle des publications destinées à la jeunesse. Elle est également très présente dans son syndicat, le SNAC (Syndicat National des Auteurs Compositeurs).

—-

Sa page FB : https://www.facebook.com/AudreyAlwett

Son adresse mail : audrey.alwett@gmail.com

Sa bibliographie (presque) complète ici (car celle du site n’est pas du tout à jour !).

11 Comments

  1. Bonjour,
    J’ai découvert un extrait des « poisons de Katharz » grâce au « souper des maléfices » et des box collibris. Quelle jolie découverte !
    J’entre dans un univers fascinant.
    Et une question en suspens … jusqu’ici je me qualifiais d’ « auteure » mais il semble que j’ai tort …ou pas …

    Répondre

    1. Ou pas. C’est vous qui choisissez, dans le fond. Personnellement, je milite pour autrice, mais tant qu’on est renseignés sur les origines du terme, on peut argumenter autrement.
      Merci pour Les Poisons. Par contre, je ne connais pas les boxes colibris.

      Répondre

  2. Bonjour Audrey,
    Vous nous avez accordé un peu de votre temps pour nous présenter votre travail au salon du livre de Vannes, mille mercis ! Notre vidéo Vlog est en ligne depuis ce soir sur notre bébé chaîne YouTube et votre présentation est à 12 min 41 sur la vidéo. Bonne continuation !
    ROAD N TROLL

    Répondre

  3. Salut, un grand merci pour ce petit écrit concis et précis. J’affectionne parcourir tes posts prenants qui nous présentent toujours d’excellents exposés. Chaleureusement. Un lecteur de votre blog

    Répondre

  4. Un jour parmi tant d’autres, une amie m’envoie vers ce site et vers la polémique auteur/autrice en estimant que ça pourrait m’éclairer, peut-être même me plaire. C’est ainsi que je tombe sur ce site et rencontre cette autrice qui n’a pas eu peur de se faire la place qui lui est juste dans le monde de l’écriture et de l’édition.

    Répondre

  5. Bonjour,
    Je viens enfin d’obtenir une réponse sur la féminisation de quelques mots, dont celui d’auteur / auteure, que l’on rencontre de plus en plus souvent. Pourquoi « auteure » ? Vous avez parfaitement raison : autrice est plus logique. (quoique pas très agréable phonétiquement.)
    Je me suis aussi posé la question du genre des mots. Pourquoi UN bras et UNE jambe ? Le corps mais la tête ?
    Vous fournissez un indice avec les mots plus « virils », mais pourquoi UNE arme ? puisque les femmes ne sont pas réputées guerrières ?
    Je trouve que le mystère demeure… (hélas)
    J’ajouterai pour terminer que vous pouvez me retrouver sur Short éditions, en tant qu’auteur : Vivian Roof (pseudo), et me laisser un commentaire…
    Merci !
    RJ Vandrouffe

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *