Zoebandeau

ZOÉ : merci à la « Manif pour tous »

Mercredi dernier est paru mon dernier livre. Un tantinet débordée, je ne l’avais pas encore annoncé ici. Il s’agit d’une série gags réalisée avec le dessinateur Ben Jurdic et la coloriste Marina Duclos (vous la connaissez, elle fait aussi les couleurs sur Princesse Sara).
Le personnage principal ? Zoé (oui, c’est dans le titre), une pré-ado pleine de vie et enthousiaste parfois jusqu’à la mauvaise foi. Une ado, quoi.
À 13 ans, Zoé se lance dans le baby-sitting. Avec son petit frère Gaétan, elle a l’habitude, ce sera du tout cuit ! Seulement, entre son inexpérience et son enthousiasme brouillon, elle va aligner les gaffes. Heureusement, elle peut compter sur un papa qui la sauvera souvent du désastre… Et puis, il y a aussi Yumeko, sa meilleure amie, qui déteste les enfants mais sait très bien s’y prendre avec eux.

Vous l’aurez compris, l’idée est clairement de s’adresser à un public jeunesse. Plus généralement, on dit « public familial ». Les gags sont bon enfant, dessinés dans un style directement hérité des grands classiques Dupuis, quoique moderne.
Ainsi, j’ai l’espoir que cet album arrache un sourire aux adultes aussi bien qu’aux plus jeunes. A tous, donc.
http://www.soleilprod.com/images/planches/Z/zoeBabySitter-T1-1.jpg
Quoique, tous ? Peut-on employer ce mot ?
Zoé Baby-sitter est une série que j’ai commencé à écrire il y a maintenant plusieurs années. Avant Ben, elle a connu deux dessinatrices successives qui pour diverses raisons sont parties vers d’autres horizons. J’ai donc eu l’opportunité d’évoluer entre les premières et les dernières pages. Mais j’avoue qu’initialement, j’avais pour simple objectif de réaliser un bon divertissement, ce qui est déjà assez ambitieux en soi. Et je m’en justifiais par l’aphorisme de Voltaire :
L’homme doit s’applaudir d’être frivole ; s’il ne l’était pas, il sècherait de douleur en pensant qu’il est né pour un jour, entre deux éternités, et pour souffrir onze heures au moins sur douze.
J’en étais donc là, tranquille, sereine. 
Et puis un jour, le mariage gay et les « Manif pour tous ».

« Tenez les enfants, prenez un Kinder Country, après quoi on ira casser du PD en famille. »

 
C’est merveilleux un nom pareil. « Pour tous ». On retrouve la même ironie chez les Grecs quand ces derniers surnommèrent les Furies « Euménides », alias les « Bienveillantes » (elles l’étaient pas, hein, d’ailleurs l’une d’elles s’appelait Mégère, je vous fais pas un dessin).
Je dois être honnête, avant ces manifestations homophobes, je n’avais pas vraiment réfléchi au concept de la famille. Mes petits personnages, je leur avais collé un papa et une maman sans trop réfléchir, parce que de toute façon c’était leurs gosses qui m’intéressaient. Pour ces derniers, j’avais bien fait gaffe à recréer l’ambiance United colors of Benetton : black blanc beurre et puis même asiatique, toussa, toussa. Parce que mes collègues m’ont dit qu’en séance de dédicace c’est parfois dur pour certains gamins de n’avoir que des petits héros bien blancs auxquels s’identifier. Alors voilà, ça, j’avais fait attention. Mais les parents ? Je ne m’en étais pas préoccupée.
zoé 4ème de couv ZOE-3Si bien qu’à l’arrivée, je dois chaudement remercier Frigide Barjot et consorts pour leur aide. Grâce à vous, dans Zoé Baby-sitter, j’ai bien pensé à placer un couple de parents homosexuels et puis aussi des parents célibataires. Grâce à vos manifestations, j’ai pris conscience de l’agression quotidienne que devaient endurer mes amis gays, surtout ceux qui sont parents, quand bien même je leur confierais mon propre gamin les yeux fermés (ce que je ne ferais surtout pas avec ceux qui manifestent sous leurs petits drapeaux roses et bleus).
2papasGrâce à vous, Frigide Barjot et consorts, j’explique à mon jeune lectorat de la plus simple des façons qu’une famille est une famille, car quelque soit sa composition, c’est à l’amour qu’on la reconnait. Subrepticement, j’entre dans l’esprit de mes petits lecteurs pour leur dire que toutes ces familles sont normales et naturelles (si, si), car humaines. Tout ça pour que, quand ils auront votre âge, ils ne voient même pas l’intérêt de débattre sur un sujet pareil…
Et même, j’enfonce le clou avec un gag qui n’est certainement pas le plus drôle de l’album MAIS peu importe :
maisVous vous êtes permis de vous approprier cette formule alors moi aussi : Zoé Baby-sitter, « la BD pour tous ».
Bonne lecture.
Ah et sinon, pour lire les premières pages, c’est sur le site de l’éditeur (y’a les boutons achat sur la colonne de droite).
Et pour gagner un exemplaire dédicacé, c’est sur ma page pro FB, comme d’habitude.