Après la remise des prix, on est d'un coup beaucoup moins serrés

Prix Amazon : la part belle aux audacieux

Lundi dernier a eu lieu la remise du Premier Prix Amazon de l’auto-édition. En tant que fondatrice du Label Bad Wolf, j’ai eu la chance et l’honneur de faire partie du jury au milieu d’auteurs fort prestigieux (il y a quelques temps, j’avais réalisé une interview du jury ici), et je remercie chaudement Amazon pour cette opportunité fascinante.

031015DELIBERATIONKDP_123

Le jury au complet, de gauche à droite : Aurélie Valognes, moi-même, Eric Bergaglia d’Amazon, Lorant Deutsch, Wendall Utroi, Laurent Bettoni et Alice Quinn

Continue reading →

Sara

Princesse Sara : je ne suis pas celle que vous croyez

Aujourd’hui, parait en librairie le 8e tome de Princesse Sara. C’est pour moi un événement. Nous avons déjà dû vendre autour de 120 000 albums de cette série. Et pour fêter ça, en plus d’avoir sélectionné la série pour les 48 heures de la BD, mon éditeur a eu une idée plaisante : faire un ex-libris croisé entre ma série et celle de Patricia Lyfoung, La Rose Écarlate. Nous avons le même public, après tout. En plus Nora Moretti (ma dessinatrice) a, dans une délicieuse initiative, pensé une image unique coupée en deux. C’est du joli travail. Continue reading →

Le Mot qui arrêta la guerre

Le mot qui arrêta la guerre : l’angélisme réfléchi

Une pile d'exemplaires du Mot qui arrêta la Guerre

Sur le stand Nobi-Nobi pendant le salon du livre

Le Mot qui arrêta la Guerre est en librairie depuis quinze jours. Toutefois, je l’ai écrit il y a déjà dix ans, même s’il a subi de nombreuses retouches depuis. C’est un conte qui se déroule dans un Japon médiéval, mais en fait peu importe le lieu et l’époque, puisqu’il y est surtout question du pouvoir de l’art, du pouvoir des mots et de ceux que ça dérange. En fait, il y est question de liberté d’expression.

À l’époque où j’ai écrit ce texte, bien que j’aimais beaucoup mon histoire, le message m’avait semblé peut-être un peu évident. Quelle consternation de découvrir que non…

Continue reading →

Une femme musulmane cache l’étoile jaune de sa voisine juive avec son voile pour la protéger de la persécution (Sarajevo, 1941)

Profession de foi

Comme beaucoup d’athées, j’ai la foi. Pas en un dieu, des anges ou des fées, mais en l’homme. La plupart du temps, ça me demande une énergie considérable. Mais pas en ce moment, où un peuple se blottit dans sa propre chaleur et se donne consolation.

Comme beaucoup d’athées, je suis touchée par le sacré. Pas au nom d’un unique livre ou de quelques règles absurdes que plus personne ne comprend. Mais le sacré à son origine, avant qu’il ne soit détourné… Une mère qui confie la vie de son enfant à une autre mère, sans échanger un mot. La porte qui s’ouvre pour abriter ceux qu’il faut protéger, même s’ils apportent le danger. Plusieurs millions qui se lèvent pour dire qu’ils n’ont pas peur, pour dire qu’ils sont unis.

Continue reading →